[Expo PhotoIIAC 2013] La rue comme lieu de mémoires [#2]

Photos et textes par Marion Dupuis présentés dans le cadre de l’exposition et du concours de photographies PhotoIIAC 2013 « Refaire le(s) monde(s) », organisés par L’Institut Interdisciplinaire du Contemporain (CNRS-EHESS), en décembre 2013. Le concours était parrainé par Franco Zecchin.

LA RUE COMME LIEU DE MÉMOIRES par MARION DUPUIS

A_DUPUISMarion_RENCONTRE-MULTICULTURELLE_MAISON_ETUDIANTS_AFRIQUE

Devant la Maison des Étudiants des Etats de l’Afrique l’Ouest, lieu de mémoire de la négritude. Paris, 2013. Photo © Marion Dupuis

Cet immeuble parisien, maintenant emmuré et surnommé par d’anciens habitants « Case Ponia-» est situé au 69 Bd Poniatowski, dans le 12ème arrondissement parisien. Il incarne la mémoire de la présence africaine à Paris : de la négritude et du combat pour la décolonisation, aux luttes récentes pour la défense des droits des sans papiers. Plusieurs générations d’Africains y ont fait escale, politiques, étudiants et travailleurs, avec ou sans papiers.

B_DUPUISMarion_JEUNES-REVENDIQUANT__MAISON_ETUDIANTS_AFRIQUE

Jeunes revendiquant le lieu de mémoire de la négritude : Maison des Étudiants des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Paris, 2013. Photo © Marion Dupuis

Après l’évacuation de l’immeuble pour insalubrité en 2010, des artistes et militants du quartier ont réalisé sur sa façade un «témoignage poétique» où l’on peut lire des textes d’Aimé Césaire et de Léopold Sédar Senghor. L’immeuble devient lieu de mémoire de l’immigration, contournant l’histoire officielle. Certains jeunes du quartier s’approprient ces lieux et ces symboles dans une posture de défiance revendicatrice.

C_DUPUISMarion_REINTERPRETATION_MARIANNE_SYMBOLES

Ré-interprétation de lieux de mémoire : Marianne et les symboles de la République. Paris, 2013. Photo © Marion Dupuis.

Le street art propose ici une réappropriation des symboles nationaux ; à droite de l’image on découvre une Marianne noire ornée du bonnet phrygien et du drapeau tricolore. Cette représentation symbolise la vision de l’intégration de son auteur, l’artiste TKY/Fabrice Burdese. Cette œuvre de street art vise à questionner les passants, ils peuvent y lire la dénonciation du racisme et des discriminations subies par les migrants.

D_DUPUISMarion_LIEU_MEMOIRE_LOUNES_MATOUB-

Lieu de mémoire dédié au chanteur et poète kabyle Lounès Matoub, Paris, 2013. Photo © Marion Dupuis

A gauche une peinture (pochoir) est dédiée à la mémoire du chanteur kabyle Lounès Matoub, assassiné en 1998. Il lutta pour la reconnaissance de l’identité amazigh, la défense de la laïcité et de la démocratie en Algérie. Il s’agit d’une des rares traces de la présence kabyle, dans le quartier parisien de Belleville, qui fut pourtant forte dans les années 1950. Cette œuvre de street art en apparence éphémère a été repeinte, à plusieurs reprises, au même endroit depuis plus de 4 ans.

E_DUPUISMarion_LIEU_MEMOIRE_FEMMES-DE-LA-COMMUNE-DE-PARIS

Lieu de mémoire dédié aux femmes de la Commune de Paris de 1871. Paris, 2011. Photo © Marion Dupuis

Cette « exposition» par l’artiste Rue meurt d’art/Jean-Marc Paumier rend hommage à des femmes de la Commune de Paris de 1871 – Elisabeth Dmitrieff, Nathalie Lemel, André Leo, Louise Michel, Paule Mink- sur le lieu des derniers combats de la Commune à Belleville, celui, mythique, de la dernière barricade. La mémoire de la Commune de Paris demeure un élément constitutif de l’identité de ce quartier à l’esprit frondeur, un esprit rebelle qui s’incarne aujourd’hui dans le street art.

A PROPOS DU CONCOURS ET DE L’EXPOSITION 

PhotoiiAC2013image

Parrain et Président du jury : Franco Zecchin

Membres du jury :

Le comité d’organisation

BILLETS RELIÉ

  • PhotoiiiAC 2011- http://photoiiac.blogspot.fr/2011/11/1.html
  • PhotoiiiAC 2015

SUR LE WEB

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *