Les revendications des indiens du Brésil et la coupe du monde de football 2014

Troisième volet d’une série consacrée aux revendications des indiens du Brésil lors de la coupe du monde de football 2014, ce billet présente le travail de l’artiste Fabrice Burdese, alias TKY et son oeuvre intitulée « Coupe des morts ». Cette série d’articles a été publiée sur le blog du programme de recherches SOGIP, consacré à l’étude des droits des peuples autochtones.

 

LES REVENDICATIONS DES INDIENS SU BRÉSIL ET LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL 2014  (#3)-LE REGARD DE L’ARTISTE FABRICE BURDESE (TKY)

demarcao

© Luiz Pires/CGY

Dans ce blog nous avons récemment mentionné l’article intitulé « Les indiens à l’assaut de la coupe du monde » et l’engagement d’un jeune indien lors de la cérémonie d’ouverture: « Action indienne à l’ouverture de la Coupe du Monde de la FIFA 2014 ». Ainsi Werá Jeguaka Mirim, jeune indien de 13 ans avait protesté en brandissant une banderole où était inscrit « demarcação » (« démarcation », en français). Une revendication forte qui demandait la délimitation des territoires indiens du Brésil. Ce geste n’avait alors pas été retransmis par les chaines de télévision, pourtant présentes en nombre.

Nous continuons sur ce thème, en présentant le regard d’un artiste sur la situation au Brésil. En France, l’artiste Fabrice Burdese alias TKY a récemment créé une oeuvre qui questionne le traitement des indiens au Brésil et les menaces environnementales qui pèsent sur ce pays. Il a expliqué le sens qu’il donnait à son œuvre intitulée « Coupe des morts » :

fabrice-burdese

© Fabrice Burdese/TKY

Cette œuvre je lui ai donné le titre de « coupe des morts ». Elle évoque les désastres environnementaux et les drames humains qui se déroulent au Brésil depuis plusieurs années, expulsions, droits de l’homme bafoués, assassinats, système de santé défaillant… Plusieurs symboles ont été utilisés pour sa réalisation, le dollar, la coiffe du plus célèbre des militants, Le chef « RAONI » qui depuis des années se bat pour la préservation de la terre des populations autochtones. Ses revendications sont représentées par le point rouge et la main verte (Save Amazonia) essentiellement détruite pour l’élevage, le soja, les bois précieux, l’or… et qui s’oppose également au barrage de Belo Monte représenté cette fois-ci par le point vert et la main rouge (Stop Belo Monte). Et pour finir la coupe est surmontée d’un crâne évoquant la menace qui pèse sur ces populations et par extension l’uniformisation de nos sociétés.

Fabrice Burdese/TKY est un peintre plasticien et street artiste engagé ; Son œuvre prend notamment pour thèmes : les droits humains et l’avenir de la planète. Il utilise des techniques mixtes telles que le collage, le pochoir.

Propos recueillis par Marion Dupuis le 17/6/2014.

BILLETS RELIÉS

SUR LE WEB


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *